Armes du Vendômois : D'argent au chef de gueules, au lion d'azur, brochant sur le tout Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois Vue de la trinité

Sommaire

Actualités





Loir-et-Cher - Vendôme - Vie associative

Le maire répond à la Société archéologique

07/05/2017 05:38
Quel avenir pour les remparts du château dont la tour de Poitiers qui surplombe la ville ? - Quel avenir pour les remparts du château dont la tour de Poitiers qui surplombe la ville ?Quel avenir pour les remparts du château dont la tour de Poitiers qui surplombe la ville ?
Quel avenir pour les remparts du château dont la tour de Poitiers qui surplombe la ville ?

A l’occasion de l’assemblée générale vendredi soir de la Société archéologique, Pascal Brindeau a répondu point par point aux inquiétudes du président.

 Dans notre édition de mercredi, Bernard Diry, président depuis 2012 de la Société archéologique, s'interrogeait sur l'état d'avancement de plusieurs dossiers. Il soulignait notamment que, depuis l'assemblée de novembre où le maire avait annoncé le lancement d'une étude sur l'état des remparts du château, alors que la mairie avait accepté de se porter acquéreur du terrain Staincq pour l'euro symbolique, la Société n'avait bénéficié d'aucune information malgré ses courriers. « C'est d'ailleurs pour avoir des infos à donner aux adhérents lors de notre assemblée que j'avais souhaité un rendez-vous avec le maire. »

Une soif de précisions et une impatience apparemment calmées lors de la rencontre de mercredi de Bernard Diry, accompagné par le vice-président Monseigneur Philippe Verrier et le trésorier Pascal Fourreau avec Pascal Brindeau, entourés par Christian Loiseau, et Thierry Fourmont, élus en charge du dossier et la responsable du service patrimoine Valérie Coiffard.
Si bien que vendredi soir, face à une soixantaine de personnes, le climat était des plus apaisés quand le maire livrait l'état du dossier. Il rappelait l'obligation d'un diagnostic long et précis sur les murailles dont la tour de Poitiers avec la mise hors d'eau du sommet, pour connaître l'état des structures mêmes des murs, établir les priorisations dans les travaux jugés les plus urgents, imaginer les valorisations possibles. Le tout avec la validation indispensable par les Monuments historiques du cahier des charges qui sera établi à partir de l'été jusqu'à la fin de l'année, en partage avec les diverses associations concernées. « C'est après ce diagnostic que la Ville pourra engager les démarches pour l'acquisition. Puis, comme pour tout propriétaire, elle aura l'obligation de nettoyer et sécuriser le coteau, soit une dépense évaluée en 40.000 et 60.000 €… Le dossier est vivant et il avance, même si en apparence, il ne se passe rien. Et c'est l'étude qui va borner notre stratégie… »

Quartier Rochambeau et cloître de La Trinité

Même démarche explicative pour le maire, également interpellé sur la restructuration du Quartier Rochambeau, en rappelant que le permis de construire de la résidence service seniors devant l'entrée de la gendarmerie était validé, que le promoteur envisageait le début du chantier pour la fin de l'année. « Par ailleurs, le petit manège sera démoli pour offrir de nouvelles perspectives au grand manège et retrouver là des places de stationnement venant compenser celles supprimées par la création d'une esplanade devant le bâtiment Régence allant jusqu'au Loir. » Le maire annonçait pour juin une réunion d'information des associations utilisatrices du site et des commerçants.
C'est en 2018 que seront lancés les travaux du Quartier (5,2 M€ d'études et de chantiers) pour une livraison au premier semestre 2019.
Quant au cloître de La Trinité « qui a subi les outrages de la patinoire, uniquement pour 2017, il sera utilisé pour accueillir Abbaye Beach, destiné aux jeunes et aux familles pour compenser l'absence de piscine Nous avons un projet paysager pour redonner au lieu son aspect originel avec une croix latine qui sera redessinée en octobre et se substituera à la croix de saint André qui existait. Avec trois carrés enherbés et un carré fleuri. » 
Des carrés qui, par le biais de rouleaux de gazon, devront être remis en état chaque année après l'implantation de la patinoire, offrant l'été un aspect verdoyant, plus touristique et plus attractif qu'aujourd'hui, notamment pour l'accueil de rendez-vous culturels.
Enfin, le maire évoquait aussi la rénovation (260.000 €) qui va être lancée au musée dans la salle du premier étage des expositions temporaires dont les derniers travaux remontent à 1979.

la phrase

" De quoi prévoir l'édition du prochain bulletin. "

Satisfaction pour le trésorier Pascal Fourreau en présentant les comptes de la Société archéologique qui dispose actuellement d'une trésorerie positive de 10.372 €. « De quoi envisager sans crainte l'édition de notre prochain bulletin, tout en veillant toujours à chercher des sources d'économie. » 
Parmi elles, le souhait d'avoir de moins en moins de bulletins annuels à adresser par courrier postal. A 6 € l'affranchissement, la Société préfère profiter de chaque occasion pour donner aux adhérents un des 500 exemplaires édités.

Édith Van Cutsem

Loir-et-Cher - Vendôme -

Déplacer la statue de Rochambeau ?

07/05/2017 05:29
La statue d'abord placée plus près de la tour Saint-Martin. - La statue d'abord placée plus près de la tour Saint-Martin. - (Photo collection privée)La statue d'abord placée plus près de la tour Saint-Martin. - (Photo collection privée)
La statue d'abord placée plus près de la tour Saint-Martin. - (Photo collection privée)

A l'heure des questions, Gérard Ermisse, vice-président délégué et par ailleurs président des Amis de Rochambeau en Vendômois, interpellait Pascal Brindeau. « Peut-on profiter du réaménagement du Quartier Rochambeau pour transférer sur l'esplanade devant le bâtiment Régence la statue du maréchal qui, place Saint-Martin, est cachée par le feuillage des arbres et coincée entre terrasses et places de stationnement ? » 
« L'idée d'un déplacement évalué à 20.000 € a été étudiée… Mais il est impossible de la prévoir devant l'espace minéralisé car nous ne voulons pas gêner les potentielles activités qui pourront y être programmées comme concerts, foires expos… Difficile aussi de l'imaginer dans la partie paysagée où la statue pourrait être masquée par les arbres. Et près du grand manège, il y aura peu de recul pour la mettre en valeur. Et là, comment l'installer pour donner un sens à la direction donnée par le doigt du maréchal ? L'idée est aujourd'hui abandonnée. A regret. » 
Apparemment, pas si simple de trouver le site adéquat pour la statue de Rochambeau, réalisée par Fernand Hamar, posée sur le piédestal de l'architecte Boué, qui fut inaugurée en grande pompe le 4 juin 1900 plus près qu'aujourd'hui de la tour. En janvier 1942, l'occupant allemand faisait récupérer la statue pour la faire fondre. Quelques jours seulement après la libération de Vendôme, un buste de plâtre du maréchal venait occuper le piédestal. Il faudra attendre 1974 et la générosité de la Société des Cincinnati pour qu'un nouvel exemplaire soit réalisé à partir d'un moulage clandestin et de nouveau inauguré le 5 juin.














Sept tableaux " disparus "

 réapparaissent à la Trinité

14/04/2017 05:38

  
Bernard Diry s'est lancé dans la quête d'informations sur les sept tableaux qui viennent de faire leur réapparition. - Bernard Diry s'est lancé dans la quête d'informations sur les sept tableaux qui viennent de faire leur réapparition.Bernard Diry s'est lancé dans la quête d'informations sur les sept tableaux qui viennent de faire leur réapparition.
Bernard Diry s'est lancé dans la quête d'informations sur les sept tableaux qui viennent de faire leur réapparition.

Pas de miracle mais une surprise de taille.

Sept tableaux viennent de retrouver les murs de la Trinité.

En toute discrétion.

Pas d'histoire policière dans cette énigme-là ! Seulement, une surprise pour les visiteurs attentifs de La Trinité qui viennent de redécouvrir des tableaux partis sans crier gare et revenus… avec la même discrétion.

Pour Bernard Diry, président de la Société archéologique, littéraire et scientifique du Vendômois, il y a là quelque chose « d'incompréhensible ». Et de rappeler que La Trinité n'abrite pas moins de vingt-cinq tableaux allant du XVIe au XXe !
« Apparemment, ces sept œuvres ont disparu juste parce que leur cadre devait être refait. Le système d'attache était inapproprié. Elles ont été retirées il y a un certain temps, sans plus d'information, laissant les murs vides. Puis, remisées en attente d'être à nouveau accrochées. Et ont récemment réapparu, toujours sans plus de communication.

Pourtant, il s'agit d'œuvres qui ont de quoi intéresser les spécialistes et dont le retour mériterait d'être annoncé. »

Tous classés monuments historiques

Du coup, sans attendre, le passionné d'histoire locale s'est lancé dans un minutieux travail de recherches, notamment dans les anciens bulletins de la Société, dans des inventaires dont une liste manuscrite d'un vicaire de La Trinité datée de 1814. « J'ai été étonné de constater que leur présence passée n'était que peu mentionnée dans les archives. J'ai dû faire des recoupements, d'autant que les noms des chapelles indiquées dans différents ouvrages ont été modifiés au fil des ans. De plus, les œuvres ont pu être déplacées dans d'autres églises, volées, détruites… ce qui rend parfois l'inventaire difficile. »


Ces sept tableaux, dont une superbe Vierge de la fin XVIe, sont tous classés monuments historiques. « Ils apparaissent dans l'inventaire de Saint-Venant de la fin XIXe, localisés dans les différentes chapelles et ont été restaurés à diverses périodes. »


Restaurés ou remis au goût du jour comme une « Vierge à l'enfant », seul tableau sur bois de l'abbatiale, datant de la fin XVIe où le sein dénudé de Marie et le sexe de l'enfant Jésus avaient été recouverts au XIXe et qui ont réapparu au XXe !

Ou encore une autre « Vierge à l'enfant », huile sur toile signée d'un suiveur de Nicolas Mignard (1606-1668) qui est signalée dans les archives comme étant présentée dans la chapelle des fonts baptismaux.
Un travail personnel de collecte d'informations que Bernard Diry entend rendre public notamment par une publication dans le prochain bulletin de la Société archéologique mais aussi en septembre lors des Journées du patrimoine. Il a par ailleurs invité une responsable de la Drac, spécialiste de peintures, à venir sur place. Vendredi dernier, elle confirmait l'intérêt iconographique de ces œuvres dont elle connaissait l'existence, contrairement à bon nombre de Vendômois

Édith Van Cutsem



La Nouvelle République

http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Loisirs/Patrimoine-tourisme/n/Contenus/Articles/2017/04/14/Sept-tableaux-disparus-reapparaissent-a-La-Trinite-3067595

n





























































programme1semestre




programme1semestre



Agenda : 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003